L'Observateur

Quotidien d'informations générales en RD Congo

slot

Jeu04172014

Last updateMer, 16 Avr 2014 10am

Back Vous êtes ici : Home Politique Nettoyage de Kinshasa des bandes criminelles : Likofi II pour traquer les criminels opérant sous l'uniforme

Politique

Nettoyage de Kinshasa des bandes criminelles : Likofi II pour traquer les criminels opérant sous l'uniforme

Nettoyer la ville de Kinshasa de toute sorte de criminalité. Telle est la volonté exprimée, présentement, par les autorités urbaines. Dans ce contexte, la première phase a consisté, comme on le sait, à traquer des Kuluna. Un banditisme urbain, d'un genre nouveau, composé des délinquants armés de machettes et des gourdins avec lesquels ils se servaient pour semer la mort et la désolation. Bref, de mettre la ville dans un état d'insécurité fort inquiétant. Le mal s'est tellement propagé dans la ville, au point qu'aucune commune n'a finalement était épargnée. Même le milieu estudiantin n'a pas pu échapper à la contagion.

 

Toutes les actions menées auparavant pour endiguer ce fléau se sont avérées vaines. L'on se souviendra de la volonté exprimée, dans ce sens, par le ministre de la Justice honoraire Luzolo Bambi qui s'était déployé à déférer quelques coupables dans des prisons parmi les plus redoutables du pays, et même à celle de Makala (Centre pénitentiaire de rééducation de Kinshasa), mais c'était sans compter avec une certaine largesse complice qui faisait en sorte que ces délinquants retrouvaient leur liberté le lendemain de l'arrestation ; en prenant même l'audace de narguer les auteurs de leur arrestation et pire à encore récidiver.

Il a donc fallu l'intervention  personnelle du chef de l'Etat qui a dénoncé ce comportement au cours de son discours de clôture des travaux des concertations nationales au Palais du peuple, en demandant sur un ton ferme que soit mis, par tous les moyens légaux, l'insécurité urbaine, notamment dans la ville de Kinshasa.

Ce mot d'ordre a donné le résultat que nous apprécions tous et qui a consisté à traquer les Kuluna jusque dans leur dernier retranchement. La Police nationale congolaise a agi pour ce faire par des méthodes compatibles avec l'ampleur du mal. Aux grands maux de grands remèdes, dit une maxime. Une opération accueillie favorablement par l'ensemble de l'opinion. Aujourd'hui, il est possible de se promener, à toute heure, sans inquiétude, entend-on dire. Et beaucoup de souhaits formulés par la même opinion, dans le sens de poursuivre cette opération appelée " Likofi " sur une période indéfinie. L'initiative prise de mener ces traques même dans les camps militaires a renforcé le crédit de cette opération ; dès lors qu'il a été aussi découvert dans ces camps des partisans de cette racaille.

Comme on peut s'en douter cette criminalité est multiforme. On la trouve également dans les milieux des hommes en uniforme et leurs dépendants.

 

Likofi II pour traquer les brebis galeuses

S'insurgeant contre les actes illégaux posés par les hommes en uniforme (policiers ou militaires) qui s'illustrent  par des exactions, des vols à main armée ou assassinats,  l'inspecteur provincial de la police le général  Jean de Dieu Oleko a pour ce faire déclarer, le lancement de l'opération " Likofi II ". Celle-ci sera menée conjointement par les éléments des Forces armées de la RDC (FARDC) et ceux de la Police nationale congolaise (PNC), à travers la ville. Selon le général cette opération a déjà donné ces premiers résultats à travers l'arrestation d'un des éléments parmi les auteurs des assassinats enregistrés dernièrement à Binza au quartier Gramalic où l'on a enregistré deux cas en peu de temps. Un député provincial de la province du Bas-Congo et une dame ont été assassinés. Sans compter des braqueurs des banques qui opèrent en pleine journée et de surcroît à visage découvert. Dans ce même ordre d'idée des vols à main armée sont opérés auprès de certaines boulangeries et des petits magasins à la cité. Et sous le prétexte de patrouiller  la nuit, des policiers volent et violent des paisibles citoyens. C'est le cas notamment des policiers exerçant dans la  Commune de Kimbanseke et stationnés aux sous-ciat appelés Zamba 9 et 10. Le comportement affiché par ces policiers discrédite la PNC.

C'est de tous ces brebis galeuses qu'il sera question au cours de cette opération Likofi II.

M.B